Ludovia 18 : le numérique éducatif est-il social ?

Le numérique éducatif est-il social ? Voilà la question qui accompagnait la 18ème édition de Ludovia, sur laquelle j’ai eu la soudaine envie de réagir. En fait, elle résonne avec plusieurs de mes sujets de travaux et de réflexions.

D’abord, la question m’a immédiatement fait penser à la table ronde que j’avais animée pour Seine et Yvelines numérique : quel numérique pour quelle école ?

En effet, dans la question « le numérique éducatif est-il social ? », deux des trois principaux termes utilisés sont polysémiques : numérique et social. Tout comme dans la question, « quel numérique pour quelle école », où numérique et école sont également polysémiques.

Voici donc un peu pêle-mêle ce à quoi m’a fait penser ce thème. Je suis bien sûr preneur de vos retours et échanges.

Lire la suite

Du concept de « fracture(s) numérique(s) » à celui de capital numérique ?

Cela fait quelque temps maintenant que je travaille autour de questions d’inclusions, d’éducation, d’acculturation au numérique.

En cette rentrée difficile où les technologies numériques sont, c’est peu de le dire, au-devant de la scène, j’ai eu l’occasion de travailler sur un programme très ambitieux de médiation numérique, pour le compte d’un gros acteur national. Je ne peux pas en dévoiler davantage, c’est encore un secret 🙂

Toujours est-il que pour concevoir ce programme, un élément fut essentiel : passer du concept largement controversé de « fracture(s) numérique(s) » pour lui préférer celui de capital numérique.

Lire la suite

L’Éducation nationale doit adopter une politique de numérique responsable

Le numérique responsable, selon l’Institut du même nom, est un numérique écologique, éthique et inclusif.

  • Écologique, parce que le numérique est un acteur majeur d’émission de gaz à effet de serre (et en progression exponentielle !).
  • Éthique, parce que le numérique est devenu trop souvent invisible, incompris, aussi simple à l’usage qu’il est complexe sous le capot, et qu’il doit (re)devenir transparent, responsable, social.
  • Inclusif, parce que le numérique ne doit pas être un nouveau facteur d’exclusion sociale des personnes, que ce soit en termes d’accessibilité (personnes à handicap notamment), d’accès (équipement et infrastructure numériques) ou de compréhension (méconnaissance des usages).

Sur ces trois aspects, la politique de l’Éducation nationale doit être exemplaire. Or cette politique est loin d’être parfaitement définie, et a besoin d’être menée de manière concertée par tous ses acteurs, nationaux ou locaux : le ministère de l’Éducation nationale et ses services décentralisés (académies, DSDEN), les collectivités (régions, départements et villes), les établissements scolaires.

En vue des États généraux du numérique pour l’éducation, prévus pour novembre 2020, il parait opportun de rappeler quelques principes impératifs pour mener une politique de numérique responsable.

Lire la suite

Tribune : « Le solutionnisme numérique ne sauvera pas l’école »

Cette tribune a été publiée initialement sur le site Le Monde (voir l’article). Avec leur autorisation, je la reproduis sur mon site. Elle poursuit la réflexion entamée dans un article précédent : Quelle place donner au numérique dans « l’école d’après » ? [Feat Le Mouton Numérique]

L’école n’a pas attendu d’être confinée pour s’interroger sur la place qu’elle devait donner aux technologies numériques. La période actuelle a toutefois fortement relancé les enchères et la petite musique selon laquelle les outils et ressources numériques étaient non seulement indispensables à l’école, mais pourraient la guérir de tous ses maux. Il faut résister à cette croyance d’un « solutionnisme numérique » et profiter des prochains états généraux du numérique pour l’éducation, qui seront organisés en novembre par le ministère de l’éducation nationale, pour (re)penser la place du numérique dans l’école.

Lire la suite

Quelle place donner au numérique dans « l’école d’après » ? [Feat Le Mouton Numérique]

La place du numérique dans l’éducation, voilà un sujet qui n’a pas manqué d’alimenter l’actualité spécialisée et généraliste des derniers mois. Cet article, co-publié avec l’association Le Mouton Numérique, propose une première brique de réflexion suite à la veille contributive que nous avons lancé le 7 avril 2020. Cette veille regroupe aujourd’hui près de 300 articles de plus de 10 pays. Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’association, Le Mouton Numérique est un « sheep tank » de réflexions autour de nos vies désormais numériques. N’hésitez pas à la suivre.

Le but de cet article est de réfléchir à la place à donner au numérique dans « l’école d’après ». Il s’agit d’une invitation à la réflexion, aux échanges, aux contributions de chacune et de chacun.

D’autres articles sont prévus avec des acteurs de l’éducation. Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter.

Lire la suite