Bilan 2022. Et maintenant ?

En avril 2018, je quittais la « Edtech » pour me lancer en indépendant et accompagner des « projets inspirants »1. Bientôt cinq ans. Déjà. Au moment d’entamer mon troisième et (trop) long bilan2, une annonce (spoiler alert) : je suis prêt à m’engager dans de nouvelles aventures professionnelles. Soit sous forme de longues missions structurantes, soit en rejoignant une organisation comme salarié.

Si je suis prêt à entamer un nouveau cycle de ma vie professionnelle, c’est parce que d’une certaine manière, je suis arrivé à un stade de maturité. Autant professionnellement que dans mes réflexions technocritiques et alternumériques. Mais avant d’y revenir, que s’est-il passé en 2022 ?

Sommaire

Une année expérimentale, riche… et un cadeau

Cette année encore, j’ai eu la chance d’intervenir sur de nombreux sujets et sous différentes formes. En voici une sélection (la liste complète se trouve sur cette page).

Accompagnement stratégique, conseil et études : avec le Chaudron, une très intéressante étude sur les espaces d’apprentissages innovants. Au sein du consortium EDU2030, un diagnostic sur les besoins des enseignants en matière d’éducation au numérique.

Conception/gestion de projet : la quatrième édition du Carrefour de l’innovation pédagogique sur le salon Educatech. La conception et l’animation d’un cycle de conférence pour la Trousse à projet.

Interventions pédagogiques : une formation à la bibliothèque de Dijon et pour les médiathèques du Nord. Une conférence introductive pour une remise de diplômes à la HEP Fribourg.

Et aussi : rédactions d’articles sur ce site, publication aux Cahiers pédagogiques (!), contribution à mon premier article scientifique (!), animation de tables rondes pour les JDLE et Ludovia.

2022 comptera aussi comme l’année où je me serai essayé (avant de renoncer) au recrutement et au développement de mon activité. Une expérience très enrichissante, mais non concluante, pour deux raisons principales. Il y avait une contradiction fondamentale avec ma volonté d’arrêter de me disperser, et de me concentrer au contraire sur mes sujets de prédilection. J’y reviendrai dans l’article. Par ailleurs, recruter des profils junior pour des missions complexes (qu’il fallait par ailleurs trouver) était trop ambitieux.

Enfin, même si je n’ai jamais souhaité m’étaler sur ma vie privée (et je ne compte pas commencer aujourd’hui), j’ai très envie de partager avec vous ma joie d’être très récemment devenu père. En théorie, cette naissance n’a rien changé à ma vision du monde et à mes engagements. Elle a tout changé pourtant.

Un stade de maturité professionnelle

Après près de cinq ans à mon compte sur des projets complexes, très différents, mais aussi des interventions variées, je ressens nettement l’arrivée à un stade de maturité professionnelle.

D’abord, je ne fais plus du tout les mêmes choses qu’il y a cinq ans. Et même qu’il y a trois ans. En ce sens, j’ai accompli le principal objectif de mon passage en indépendant : bifurquer doucement vers d’autres activités, compétences, savoir faire.

Ensuite, après avoir touché à tout pendant près de cinq ans, je ressens maintenant le besoin de me concentrer sur les enjeux de l’éducation au numérique, d’accompagner sur la durée des projets structurants, de continuer à me perfectionner.

Enfin, j’ai changé en cinq ans. Il y a eu la crise sanitaire du COVID, qui m’a durablement choqué et fait rêver comme tant d’autres du monde d’après, d’un « monde nouveau ». Les urgences climatique et environnementale qui se rappellent à nous avec toujours plus de force. Toutes les injustices qui s’accroissent et qui me sont insupportables. La guerre en Ukraine. Et, plus proche de mes sujets de prédilection, une très inquiétante dérive technologique : solutionnisme technologique à outrance, alliance entre capitalisme de surveillance et surveillance de masse, délires transhumanistes et techno-utopistes, et j’en passe.

Bref, je sens que je suis à une nouvelle étape de ma vie professionnelle, mieux définie, et qui se fond avec une vie associative et militante (les statuts de l’association Resnumerica sont sur le point d’être transmis à la préfecture du Rhône). J’y reviendrai en conclusion de cet article.

Un positionnement technocritique et alternumériste

Une réflexion n’est jamais aboutie, mais incontestablement, elle murit avec le temps et l’expérience. En ce qui me concerne, cette réflexion s’articule autour de deux courants de pensée : technocritique et alternumérisme.

Début 2020, je revenais sur 2019, l’année où je suis devenu technocritique. Depuis, j’ai pu enrichir et mettre en mots ce positionnement dans de nombreux articles et prises de parole. Par exemple dans cette tribune fustigeant le solutionnisme numérique à l’école, publié dans le journal Le Monde. Dans cette introduction des Assises du numérique, organisées par Seine et Yvelines Numérique. Au travers de ma recension de l’excellent ouvrage de Justin Reich, démontant par les faits de la recherche la capacité qu’auraient les Edtech à révolutionner le système éducatif. Ou encore dans une série (en cours) sur l’idée que je me fais de l’éducation au numérique.

À côté de cette pensée technocritique, qui dépasse d’ailleurs les seules technologies numériques, j’ai plus récemment commencé à creuser un second sillon, celui d’un alternumérisme radical. En gros, si « le » numérique actuel n’est pas ou plus acceptable (modèles économiques toxiques, impact environnemental insoutenable, systèmes largement aliénants, etc.), comment faire autrement, est-ce seulement possible, et à quelles conditions ? Je développe ces questions, et propose des débuts de réponse dans un dossier qui sera appelé à s’étoffer. Cet exercice de réflexion est incroyablement stimulant, et je remercie toutes celles et ceux qui l’alimentent quasi quotidiennement, parfois sans le savoir.

Et maintenant ? Un nouveau cycle de vie professionnelle

Alors que 2023 commence, je me sens prêt à entamer un nouveau cycle de vie professionnelle. Mon engagement est désormais clair : je suis un acteur de l’éducation au numérique. Je milite pour une certaine idée de l’éducation au numérique, et pour un numérique alternatif. La forme que prendra cet engagement (comme salarié ou comme indépendant) n’a aucune importance. C’est le fond qui compte.

Concrètement, je suis à l’écoute active de toute opportunité, que ce soit pour des propositions d’emploi ou de missions structurantes, alignées avec mon engagement et mes valeurs. Dans le cas d’une proposition d’emploi, je suis prêt à rejoindre un projet collectif, qu’il soit associatif, public ou privé (avec une nette préférence pour des entreprises coopératives, d’intérêt général, ESUS, etc.). Si vous êtes intéressés par mon profil, contactez-moi, même si vous n’avez pas de proposition précise. À priori, je choisirai au premier trimestre 2023 si je prolonge l’aventure indépendante en me recentrant sur ces nouvelles missions ou si je rejoins une organisation. Cela peut aussi être un mélange des deux.

Au-delà de cette évolution importante dans mon rapport au travail rémunéré, j’ai également de nombreux articles en têtes. J’ai notamment envie de pousser la réflexion autour de deux thématiques déjà évoquées dans cet article :

  • La question de l’éducation au numérique, sur laquelle j’ai commencé une série d’articles. J’ai envie de continuer à creuser ce sujet, et d’évoquer la question de l’ « inclusion numérique », appellation qui me pose problème (spoiler).
  • La notion de numérique acceptable (que j’intègre à ma réflexion globale sur le numérique alternatif). J’ai partagé un premier article très court pour expliciter ce que j’entendais par là. Je souhaiterais poursuivre ce fil, et développer un état de l’art des réflexions existantes.

Quelles qu’en soient les raisons, si vous désirez échanger ou partager cet article, n’hésitez pas !

Notes de bas de page

  1. C’est ce que disent les statuts de ma SASU (Société par action simplifiée unipersonnelle)
  2. Vous pouvez retrouver sur ce site mon premier bilan, L’aventure freelance : bilan et conseils un an après, et mon deuxième bilan, Bilan d’une année 2020-2021 sous COVID

Bonjour, et merci de me lire. Vous voulez réagir à cet article ? Poursuivons la discussion par mail, ou sur Mastodon !

Vous êtes nouveau sur ce site ? Voici une 😀 page pour commencer. Si vous cherchez quelque chose de précis, n’hésitez pas à faire une 🔍 recherche. Vous pouvez autrement vous laisser guider par les 🔗 hyperliens et vous perdre un peu, c’est bien aussi.

Si vous souhaitez me suivre sans dépendre d’un rézosocial quelconque, le mieux est de suivre le 📰 flux RSS, ou de vous abonner à ma 📩 newsletter. Enfin, si vous êtes un lecteur régulier (ou pas) et que ce site vous est utile, vous pouvez ❤️ me soutenir. Bonne exploration.