Le métavers et les limites de la substitution synchrone

Les articles1 se multiplient pour pointer les difficultés de Mark Zuckenberg pour faire adhérer, ne serait-ce que ses propres employés, au métavers. Au-delà du fait que ce monde virtuel est pour moi un concept, une infrastructure et une idée qu’il faut boycotter, je pense sincèrement qu’il ne peut pas remporter l’adhésion massive du grand public.

Pourquoi ? Parce que toutes les études sociologiques2 qui étudient Internet et les réseaux sociaux montrent que les réseaux numériques ne se substituent jamais totalement aux rapports sociaux synchrones3, ils les complètent ou les amplifient. Concrètement, les gens continuent de se voir pour jouer dehors, aller boire un verre, voir un concert. Et ils communiquent (intensément) en asynchrone4 quand ils ne sont pas ensemble.

Or le métavers propose une expérience virtuelle exclusivement synchrone. Et c’est pourquoi je ne crois pas que cela puisse vraiment intéresser le grand public. À choisir, il préférera le monde original à sa copie.


Bonjour, et merci de me lire ! Vous êtes nouveau sur ce site ? Voici une 😀 page pour commencer. Si vous cherchez quelque chose de précis, n’hésitez pas à faire une 🔍 recherche. Vous pouvez autrement vous laisser guider par les 🔗 hyperliens et vous perdre un peu, c’est bien aussi.

Si vous souhaitez me suivre sans dépendre d’un rézosocial quelconque, le mieux est de suivre le 📰 flux RSS, ou de vous abonner à ma 📩 newsletter. Enfin, si vous êtes un lecteur régulier (ou pas) et que ce site vous est utile, vous pouvez ❤️ me soutenir. Bonne exploration.

Notes de bas de page

  1. Dernier en date : Skepticism, Confusion, Frustration: Inside Mark Zuckerberg’s Metaverse Struggles
  2. Pour commencer, lire la sociologie des réseaux sociaux, de Pierre Mercklé, ou Les Liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité, de Antonio Casili, ou encore C’est compliqué, de danah boyd
  3. qui se déroulent en même temps
  4. de manière non simultanée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.