Florilège d’idées radicales pour un écosystème numérique vraiment plus désirable

NB : Par numérique désirable, j’entends plus éthique, sobre, inclusif, libre, interopérable, etc. Voir mon dossier sur les alternatives numériques.

  1. Interdire la publicité ciblée et le tracking. Clairement, cela refaçonnerait le web. Le seul fait de se projeter dans cette idée est joyeusement stimulant !
  2. Interdire les mécanismes relevant de techniques de captologie, ou de design de l’attention.
  3. Lister des services numériques « d’importance stratégique pour la démocratie », et rendre obligatoire pour ces services la possibilité de choisir le fonctionnement algorithmique. Concrètement, ce serait ici d’obliger Google ou Facebook à laisser la main à leurs utilisateurs pour choisir comment fonctionne l’algorithme de mise en avant des résultats pour l’un, ou du fil d’actualité pour l’autre. L’utilisateur choisirait par exemple d’être plus ou moins surpris, d’avoir plus ou moins de quantité, de privilégier certains critères plus que d’autres.
  4. Maintenir des briques libres à l’échelle européenne sur des technologies stratégiques, essentielles, et lourdes de développement : moteur de rendu de navigateur (pour proposer un moteur concurrent à Webkit de Google), OS mobile (pour proposer une base concurrente à Android), etc.
  5. Rendre obligatoire une page détaillant pour chaque service numérique les algorithmes employés et leur intention. Transparence des algorithmes donc, enfin.
  6. Créer une agence publique de l’inclusion. Elle aurait pour but de vérifier que les services numériques publics et privés sont vraiment accessibles (avec des critères qu’il faudra définir à partir des normes existantes), et qu’il existe systématiquement une option simple et non numérique d’obtenir des informations ou de l’assistance. Elle aurait une mission de conseil et un pouvoir de sanction.
  7. Interdire les mécanismes d’enfermement de l’utilisateur dans un service, rendre obligatoire l’export simple et systématique des données dans un format interopérable et vraiment utilisable. Il doit être plus facile de changer de service numérique. Apple aurait notamment quelques soucis à se faire. Idem pour les services de streaming et leurs playlists. Idem pour les EPUB qui actuellement sont impossible à transférer lorsqu’ils sont protégés.
  8. Repenser le droit à la propriété intellectuelle pour rendre plus systématique l’emploi de licences libres. Et pourquoi pas aller jusqu’au copyleft par défaut ?
  9. Rendre obligatoire le traçage de toute la chaine de production numérique, et imposer une transparence sur les chiffres d’impacts environnemental et social. Les chercheurs qui travaillent sur les cycles de vie des infrastructures numériques ont besoin de cette transparence, il est grand temps de la leur donner.
  10. Rendre obligatoire la maintenance logicielle pendant 10 ans sur un même équipement numérique. Soyons ambitieux !
  11. Rendre obligatoire les sessions multiples sur tous les équipements numériques. Concrètement, on doit pouvoir se partager une tablette ou un smartphone.
  12. NEW : Donner à tous les citoyens qui le souhaitent une adresse mail gratuite et respectueuse de leurs données (via Aude Mugnier). Il faudrait creuser bien sûr le détail mais fonctionner avec une sélection d’association ou de coopératives réparties par région par exemple pourrait être une bonne idée.
  13. NEW : Multiplier par X le budget de la CNIL et renforcer son indépendance. Son travail est essentiel mais elle manque cruellement de moyens et d’indépendance politique.
  14. NEW : Créer un droit à l’accès Internet et en rendre gratuit l’accès haut débit (ADSL ou fibre) pour les étudiants et les personnes en difficulté (via legrugru et Stéphane Borztmeyer). Voilà qui contribuerait à soulager la 4G, qui je le rappelle, a son pic d’activité à 22h (quand les gens sont chez eux donc, pas en mobilité) !!
  15. NEW : Organiser la prise en compte des actifs numériques au décès d’une personne (via legrugru)
  16. NEW : Collectiviser le financement et la maintenance des infrastructures de base (câbles, routeurs, etc), sous la forme d’un bien commun, ni public ni privé (via Stéphane Borztmeyer).
  17. NEW : Donner à tous les citoyens qui le souhaitent espace cloud personnel et respectueuse de leurs données (via Thierry Joffredo). Idem, il faudrait creuser bien sûr le détail mais fonctionner avec une sélection d’association ou de coopératives réparties par région par exemple pourrait être une bonne idée.

Voilà c’est une réflexion en cours, je vais alimenter la liste et y inclure vos idées si vous l’acceptez ! Et vous, quelles seraient vos idées radicales pour un numérique vraiment plus désirable ?

Photo à la une de rishi sur Unsplash


Bonjour, et merci de me lire ! Vous êtes nouveau sur ce site ? Voici une 😀 page pour commencer. Si vous cherchez quelque chose de précis, n’hésitez pas à faire une 🔍 recherche. Vous pouvez autrement vous laisser guider par les 🔗 hyperliens et vous perdre un peu, c’est bien aussi.

Si vous souhaitez me suivre sans dépendre d’un rézosocial quelconque, le mieux est de suivre le 📰 flux RSS, ou de vous abonner à ma 📩 newsletter. Enfin, si vous êtes un lecteur régulier (ou pas) et que ce site vous est utile, vous pouvez ❤️ me soutenir. Bonne exploration.

4 réflexions au sujet de “Florilège d’idées radicales pour un écosystème numérique vraiment plus désirable”

    • J’avoue que ce serait structurant mais tant que le public n’est pas massivement sensibilisé à d’autres OS que le duo Windows/Apple (et encore on pourrait presque se limiter à Windows), ça sera peu pertinent hélas… D’où l’importance que l’éducation nationale entre autre s’ouvre aux OS libres et se libère de Microsoft 🙂

      Répondre
  1. – Aider aux financements des logiciels libres (à l’exemple de ce qui a été fait pour le cinéma ?)

    – créer une box d’accès internet qui soit également serveur emails et web, et fonctionnant en peer to peer sécurisée.

    – aider à la création de réseaux locaux, départemental, communal, … interconnectés de manière à recréer du vrai internet de proximité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.