Bilan d’une année 2020-2021 sous COVID

Print Friendly, PDF & Email

Le 29 mars 2019, j’ai publié un article de bilan, pour faire le point sur ma première année d’aventure en tant que consultant indépendant. C’était il y a déjà plus de deux ans déjà. C’était un autre monde, déjà bien fatigué, mais un monde qui ne connaissait pas encore le Covid…

Un premier confinement intello

Je commencerai ce bilan au mois de mars 2020. La pandémie éclate alors en France, nous laissant un peu toutes et tous sidérés, sonnés. Privé de projets, mais privilégié1, j’ai eu le luxe de pouvoir m’adonner à l’activité encouragée par notre Président : la lecture. Ce fut un premier confinement assez intello donc, avec lecture de livres qui attendaient d’être lus, et lecture d’une presse généreuse en tribunes et en idées d’un « monde d’après ».

« Libéré » de toute charge opérationnelle, je me suis lancé dans un double chantier, en lien avec mes domaines d’expertise. D’abord, réaliser une veille de la continuité pédagogique, et de sa mise en place dans une quinzaine de pays. Vous pourrez retrouver ce travail sur ce lien2. Ensuite, réaliser une veille des articles sur le choc que vivait le monde éducatif, avec un intérêt particulier sur les manières dont les Edtech3 réagissaient à la crise, y répondaient, ou l’utilisaient. Vous pourrez retrouver le tableau de veille à cette adresse.

C’est en guise de conclusion de ce travail que j’ai publié deux articles fondateurs de ma réflexion technocritique. Le premier, Quelle place donner au numérique dans « l’école d’après » ? découla un peu plus tard dans la publication d’une tribune au Monde, « Le solutionnisme numérique ne sauvera pas l’école ».

Une très forte reprise

Après ce confinement propice à l’écriture (je ne pourrai probablement jamais autant publier sur ce site), il était grand temps de se remettre au travail. Je sentais venir le report du salon Educatec-Educatice, un de mes plus gros clients4. Il fallait donc trouver de nouveaux projets.

Entre août et décembre 2020, j’ai ainsi conçu pour Evolukid un dispositif de médiation numérique, contribué au projet de comparateur d’outil, au sein de la plateforme Être Prof. J’ai travaillé avec la Ligue de l’Enseignement et le réseau Info-Jeune pour mettre en place une formation de deux jours, à destination des coordinateurs du réseau Promeneur du Net.

Au premier semestre 2021, j’ai préparé puis donné un nouveau cours d’économie numérique (partagé librement sous licence Creative Commons). J’ai également rempilé avec mes cours de culture numérique, cette année dans 3 établissements différents (école de relations internationales, d’ingénieur, de communication). En tant qu’enseignant, j’ai pleinement vécu la galère d’une année d’enseignement sous COVID. Comme tous les enseignants, j’ai ressenti la détresse de mes étudiants, souvent à distance. J’ai dû adapter totalement mes activités, j’ai bricolé, j’ai échoué parfois et j’ai eu des bonnes surprises aussi. C’était assez dur humainement, pour être honnête. J’en profite pour adresser mon immense respect aux enseignants, tous niveaux et disciplines confondus.

Entre mars et juin, j’ai parallèlement travaillé sur mon premier gros projet de l’année : l’accompagnement du forum international In-FINE. En appui du directeur de programme et de l’équipe d’organisation, ma mission consistait principalement à faire vivre le comité des partenaires, et à veiller à la bonne tenue des trois temps forts de l’événement.

Durant cette année, j’ai également eu l’opportunité de faire un peu de conseil, d’animer une table ronde, ou encore de travailler sur des missions nouvelles : ingénierie pédagogique, rédaction de note stratégique. Ces missions m’ont permis de sortir de ma zone de confort, mais aussi d’éprouver mes limites, et de savoir quelles compétences il allait me falloir développer ou déléguer.5. Mais surtout, cette année, à vouloir recruter un stagiaire, j’ai fini par en recruter trois, quelle aventure !!

Une saine complémentarité entre mes différentes activités

Photo de Sigmund sur Unsplash

Aujourd’hui, je considère que je propose trois offres de services. D’abord, du conseil en stratégie, en marketing, en business développement. Ensuite, de la conception/gestion de projet. Enfin, des interventions pédagogiques, que ce soit des conférences, des formations ou des ateliers.

J’adore entremêler ces différentes activités, car elles me permettent de varier les plaisirs, de stimuler différemment mes compétences. Mais surtout, elles sont ultra complémentaires entre elles. J’entretiens mon expertise numérique/éducation grâce aux cours et aux formations que je donne. C’est la base de ma légitimité sur le sujet, et chaque année, je me remets à jour pour mes nouvelles promotions d’étudiants. La conception et la gestion de projet me permettent de passer de la stratégie à l’opérationnel, de la planification à la production, de l’étape créative à l’étape gestionnaire. Et le conseil se base sur tout le reste, que ce soit en termes de légitimité sur mes sujets, de connaissance opérationnel du terrain et de ses acteurs, de compétences stratégiques et opérationnelles.

À mes activités « rémunérées », s’ajoute mon travail de rédaction sur ce site. Même si ce n’était pas mon intention première, certains de mes articles et travaux ont trouvé écho dans la communauté éducative et/ou numérique. Ce fut une très agréable surprise. Webmarketeur repenti, je m’étais évertué à n’appliquer sur ce site aucune stratégie de SEO ou de communication. J’imagine qu’on ne se refait jamais totalement… Quoiqu’il en soit, ce site représente désormais plus qu’une simple présence web. Il incarne une partie de mon engagement militant. J’y écris ce que je pense sur certains sujets que j’explore et sur lesquels je souhaite faire entendre mon point de vue. Cette liberté d’expression est une chance extraordinaire, et si ce que j’écris peut en intéresser certain·e·s, j’en suis très heureux et reconnaissant. N’hésitez pas à parcourir mes articles de fond.

Et la suite ?

L’année a été riche, et comme tout le monde, j’ai été marqué par la crise que nous vivons. Dans un premier temps, il va falloir recharger un peu les batteries. Prendre congé quelque temps des problématiques liées au numérique et à l’éducation, mes deux domaines de cœur. Et se ressourcer.

Mais la période, aussi dure soit-elle, a également entraîné un très fort appel d’air dans mon double domaine d’activité. Je me suis donc posé naturellement la question du comportement à adopter face à cette évolution. J’ai toujours dit (et écrit) que je ne me destinais pas à être un consultant indépendant toute ma vie. J’ai toujours considéré que cette activité représentait une transition vers autre chose.

Cet « autre chose » commence à prendre forme dans ma tête. En fait, il peut prendre plusieurs formes. Un collectif d’indépendants, travaillant ensemble sur des projets complexes liés à l’éducation au numérique, et partageant des valeurs et une façon de travailler. Une coopérative, sans hiérarchie, où chaque salarié·e participerait à la décision démocratiquement. Une association, pour financer des projets sans buts marchands, comme il en est plein dans l’écosystème de l’inclusion numérique, de l’éducation au numérique, de la sensibilisation, de la vulgarisation. Et peut-être un mélange de tout ça. Et il y aussi le projet Resnumerica qui continue de murir !

Si tout se passe bien, vous devriez en savoir plus en septembre prochain ! Si vous êtes intéressé·e et que vous souhaitez que nous échangions autour de vos projets, n’hésitez pas à me contacter. Et en attendant, je vous souhaite de passer un bel été, de vous recharger, de prendre soin de vous, et de revenir en forme !

Photo de mon bolide, en très bonne compagnie !

Notes de bas de page

  1. Vous pouvez lire à ce sujet mon court article : Le freelance, le privilégié et le covid
  2. J’ai été très agréablement surpris d’apprendre qu’il avait été utile à certains chercheurs, et repris dans quelques études réalisées par la suite, notamment dans une note d’information réalisée par l’IFÉ à destination des États généraux
  3. Comprendre l’écosystème des technologies éducatives dans sa globalité
  4. J’y conçois et opère le Carrefour de l’innovation pédagogique
  5. Si besoin, l’ensemble de mes références est accessible sur ce site

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bilan d’une année 2020-2021 sous COVID

Temps de lecture : 4 min
0