Vie de freelance : 5euros.com ou la grande braderie des prestations freelance

Vie de freelance : 5euros.com ou la grande braderie des prestations freelance

Lorsque j'ai décidé de me mettre en freelance, je suis parti sur l'idée que j'accomplirais grosso modo trois types de mission :

  • stratégiques, les plus stimulantes intellectuellement, les mieux rémunérées aussi en coût/jour.
  • d'exécution ensuite, qui me permettaient de mettre en place de la récurrence avec des clients satisfaits.
  • de formation enfin, qui ne sont pas nécessairement les plus rémunératrices ou les plus stimulantes des trois, mais qu'il est gratifiant de pouvoir transmettre ses connaissances, d'en recevoir de nouvelles en retour, d'être challengé sur ses acquis, de devoir constamment se renouveler pour suivre les évolutions incessantes des médias sociaux, des techniques marketing, des habitudes, etc.

En travaillant ma présence web sur des plateformes de recrutement de freelance (Malt, XXE, Yoss, etc.), je suis tombé sur le site 5euros.com, découvert par le biais du site d'un confrère freelance (il faut encore que je prenne l'habitude de parler de confrère et de freelance, je me sens encore comme un nouveau-né dans ce monde).

La découverte de 5euros.com

Je suis donc arrivé sur 5euros.com et en parcourant le site, je dois reconnaître que les bras m'en sont tombés. Le concept du site est excellent sur le plan marketing. Il consiste à reproduire le concept du magasin où tout s'achète pour 1 ou 2 euros. C'est assez malin, car on est sur des prix psychologiques où les clients peuvent acheter de manière compulsive. Mais ce qui m'a tout de suite étonné, c'est qu'il est assez convenu que ces magasins vendent des produits pas chers... mais aussi souvent assez inutiles et de mauvaise qualité ! A 1 ou 2 euro, on ne peut tout de même pas tout exiger.

En parcourant le site, ce sentiment s'est confirmé. Voici donc un petit florilège de mes prestations à 5 euros favorites :

Je précise que ces prestations figurent toutes dans la première page de leur catégorie et que j'ai volontairement sélectionné des prestations que je suis moi-même capable de fournir à mes clients, afin d'avoir un avis suffisamment éclairé sur la "valeur" de chacune d'entre elles. Vous voulez un scoop ? Elles ne valent pas 5 euros.

Le business plan (qu'il soit rédigé ou simplement chiffré) est l'un des documents de business développement les plus structurants pour une entreprise. D'un business plan découlent les objectifs commerciaux, les moyens RH et marketing, etc. Bref, proposer cette prestation pour 5 euros relève simplement du mauvais goût.

Je ne reviens pas sur la prestation qui consiste à "fournir" des fans sur Facebook, c'est une technique illégale qui peut coûter cher aux pages Facebook qui s'y adonnent.

Il faut arrêter de précariser le freelance

Je trouve ça assez dommage de créer une plateforme qui casse autant la valeur du travail. Un freelance n'est récompensé de son travail que par le montant qu'il facture à ses clients. Il n'a pas les avantages des salariés, n'obtiendra pas de promotion interne, n'a pas de CE ou de tickets restaurants. Toute la valeur du freelance provient du coût que nous choisissons d'appliquer à nos clients, et je ne pense pas qu'il faille se "brader" pour réussir. C'est un piège, car une fois que le client est habitué à payer des prestations à 5, 25, 150 euros, comment lui faire comprendre qu'il faut revenir à un tarif normal ? Et qu'une prestation coûte 400 euros par jour en moyenne pour un consultant marketing ?

J'ai déjà entendu parler de beaucoup de plateformes qui exploitent leurs freelances. Il est toujours triste de constater que certains métiers continuent d'être fortement précaires. Je pense aux traducteurs, au rédacteurs de contenu, aux chargés de communication, etc.

Je mettrai donc un point d'honneur à ne pas m'engager dans cette voie qui fait souffrir la communauté toute entière. Car dans la transition actuelle du travail qui voit le nombre de freelance augmenter significativement, il faut absolument arrêter de précariser le freelance.

Le temps où les consultants "stars", sûrs de trouver des clients et d'être grassement rémunérés représentaient la majorité des freelance est terminé. La communauté des freelances est aujourd'hui beaucoup plus hétérogène. Il faut donc créer un environnement qui les respecte et les protège. Payés correctement et à temps pour leur travail, soutenu dans leurs démarches, sécurisé en cas de coups durs.

Je vais donc oublier 5euros.com, et me rapprocher des plateformes et services qui sont vraiment utiles aux freelances : Wemind (protection, CE...), Qonto (banque), Henrri (facturation), Alan (mutuelle). C'est beaucoup plus enthousiasmant dans cette direction.

  1. Bonjour,

    Je vous conseille de lire un exemple de freelance qui travaille vraiment sur 5euros et qui parle de ses revenus : http://blog.5euros.com/post/169844706116/guillaume-guersan-2017-5euros
    Bien entendu, ce n’est vraiment pas le seul dans ce cas et d’ailleurs beaucoup ont quitté malt ou les autres plateformes pour venir sur 5euros.

    Vous comprendrez alors qu’on est bien loin de ce que vous dites, encore faut-il appréhender correctement le concept et aller au bout de la stratégie. Il est vrai que si on s’arrête 15 mins sur le site, on peut totalement passer à coté.

    J’ajoute aussi que l’article que vous mentionnez sur les fans facebook n’a rien à voir avec ce qui est fait sur le site. Tous les sites qui se sont fait punir on utilisé des techniques de likes détournés aux détriments des personnes (auto like par exemple) et ont ensuite fusionné l’ensemble des pages. Rien à voir avec un achat de like.

    Bien entendu, je ne me cache pas du tout, je suis le créateur de 5euros et je ne vous en veux absolument pas pour votre article, il est normal de juger un peu vite le site. Mais prenez le temps de creuser, vous verrez ! Ce n’est pas pour rien que nous avons reversé déjà depuis le début de l’année 600 000 euros aux freelances et que nous avons des milliers de vendeurs… 🙂

    En espérant vous avoir éclairé.

    Bonne soirée à vous !

    1. Bonsoir,

      Vous êtes rapide 🙂 Bravo, c’est de la bonne veille.

      Comme mentionné au début de mon article, je suis effectivement venu par le site de Guillaume Guersan, donc je connais son avis positif sur votre site. Je vois sur votre article de blog qu’il est allé encore plus loin dans la recommandation, je respecte qu’il fasse son feedback, mais soyons honnêtes, on est sur un témoignage client, pas sur un avis neutre et objectif.

      Je précise tout de suite que j’ai pris le temps de bien étudier votre site avant d’écrire. Je n’ai pas dit qu’il était impossible de vivre de votre site, je n’ai pas dit que c’était une escroquerie pour les freelances qui travaillent dessus. Je dis que la nature de son concept même casse la valeur du travail du freelance.

      Quand je lis que Guillaume veut nous rassurer en écrivant qu’il réalise un panier moyen de 46 euros et non pas 5… Brr mon sang se glace. 46 euros, c’est moins que ce que je coûte pour une heure. Lesquels de ces services (rédaction d’un BP, création d’une présence web, etc.) peut se réaliser en une heure ? Ou alors à quel niveau de qualité ?

      Mon article est une réflexion de fond qui n’est pas centrée sur votre concept. Vous faites ce que vous voulez avec votre plateforme et si les freelances l’utilisent, c’est leur choix et ça veut aussi dire qu’il y a un besoin. Mais je maintiens qu’un freelance est fragile par essence et qu’il faut valoriser son travail et trouver de nouvelles façons de le sécuriser plutôt que de le brader pour des prestations aussi mal payées.

      Merci en tout cas d’avoir pris la peine d’écrire votre commentaire.

      Bonne soirée.
      Louis

      1. Salut Louis, je suis ravi que tu ai découvert la plateforme via mon article ! En effet tu as raison, il s’agit d’un avis client mais d’un réel feedback objectif étant donné que j’ai testé plusieurs plateformes : Malt, Crème de la Crème, Codeur, Kang, … Je suis même inscrit sur d’autres plateformes de Freelance mais malheureusement je n’ai pas le temps de mettre à fond sur chacune d’entre elles tant il y en a ….

        J’avoue que pour moi 5euros a très bien fonctionné ! Sache qu’avec mon panier moyen de 46€ j’arrive à me dégager un véritable salaire. Et pour ce panier je passe beaucoup moins d’une heure …

        Il n’y a pas de secret, faut découper et travailler ses offres, c’est la partie la plus compliquée. Au départ bien entendu non, faut commencer par bosser beaucoup pour peu d’argent le temps de faire ses preuves et récolter ses premiers avis positifs. Mais c’est pareil partout : dans le salariat on commence bas, en tant qu’étudiant on travaille pour un demi SMIC, en tant que consultant on cherche d’abord ses premières références, quand on crée son entreprise on « achète » ses premiers clients pour avoir ses premières références et valider son produit … bref les plateformes de Freelance ne révolutionnent pas le « démarrage » d’activité, pas au niveau de la rémunération en tout cas.

        Néanmoins, si on peut faire sans : alors tant mieux ! Mais comme tu le dis, il y a de plus en plus de Freelance. Je pense aussi qu’avant, être indépendant ou libéral, c’était réservé aux médecins, avocats, ingénieurs et autres élites (bon ça dépend, on pourrait aussi inclure les précurseurs sur certains secteurs). Mais plus aujourd’hui. Si ces élites pouvaient trouver des clients facilement et gagner grassement leur vie, ce n’est pas donné à tout le monde.

        Pour parler de mon vécu, sans les plateformes je ne serais pas là où je suis. Je n’avais pas de réseau, j’avais un BTS en poche quand j’ai démarré, … bref.

        Le vrai problème vient des Freelances « classiques » qui ont une méthode de travail totalement inadaptée aux plateformes. En effet j’en ai vu des Freelance qui facturaient des prestations équivalentes à 1 ou 2 mois de mes revenus personnels à temps complet. T’imagines le truc ? C’est ça qui m’a d’ailleurs un peu donné envie je l’avoue 🙂 … Avec de telles factures, bien sûr qu’on chouchoute son client, qu’on prend du temps, mais parfois on est pas du tout productif, on brasse beaucoup d’air. Sur les plateformes c’est carrément impossible de reproduire ça, faut être le plus productif possible, pour perdre le moins de temps possible et donc optimiser à fond son taux horaire.

        C’est une approche totalement différente, mais j’ai bien peur que beaucoup de Freelance soient rapidement dépassés par les plateformes, il faudra donc être prêt à s’adapter malgré tout. J’espère me tromper, mais pour utiliser les plateformes côté client également, je dois dire que c’est vraiment très pratique.

        1. Salut Guillaume,

          Merci de ton commentaire, je ne m’attendais vraiment pas à susciter votre intérêt sur ce site naissant, ça fait plaisir.

          Pour le coup, je trouve très intéressant plusieurs de tes points, il est vrai qu’il faut différencier des missions stratégiques de missions opérationnelles qui peuvent se micro-découper et donc si on est efficace se vendre peu cher.

          Il n’empêche que 5 euros ou 50 euros, ça reste trop peu selon moi, ça ne permet pas de faire du boulot de qualité, sauf lorsqu’on ne fait pas de sur-mesure (par exemple quand on vend un guide, un template). Là effectivement ça marche et pour le coup je trouve que c’est intéressant.

          De manière générale aussi, je pense qu’une part du métier de freelance, c’est la prospection. Et là je reconnais ma chance : je suis avant tout un business developpeur, donc trouver des clients, réfléchir à la manière d’être identifié, je sais faire. Mais il faut absolument réduire sa dépendance vis à vis des plateformes, d’abord parce que certaines payent mal, ensuite parce que du jour au lendemain, tout peut s’arrêter, et on ne maitrise pas la relation avec ses clients. Comme on dit : ne jamais mettre tous oeufs dans le même panier.

          C’est pourquoi je conseille aux freelances de multiplier les temps de rencontres de networking, les partenariats entre eux (un développeur, un graphiste, et un marketeur par exemple qui se font bosser entre eux pour leurs clients), la prospection directe (un bon vieux mail envoyé à toutes les entreprises du créneau). Il y a plein d’idées à trouver, car cette nouvelle façon de travailler est nouvelle et ça fourmille !

          Je suis sévère vis à vis des plateformes qui contribuent à niveler par le bas le coût et la qualité des prestations freelance. Mais je suis aussi très lucide sur le fait que les freelances ne peuvent pas s’en plaindre si de leur côté, ils ne font pas le travail nécessaire à trouver des clients.

          A eux de se donner les moyens – et le coup de pieds aux fesses aussi, parfois – pour trouver des clients et se valoriser.

          En tout cas tout ça contribue à ma réflexion, merci beaucoup d’avoir réagi !

          Et au plaisir de te croiser à l’un de ces événements de freelances 😉

          Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivant :

Il est temps de se lancer...

Il est temps de se lancer...